Top Menu

Virus du Nil – doit-on s’en faire?

Selon informations glanées sur le site de Radio-Canada, « les cas de contamination au virus du Nil occidental ont bondi en 2012 au Québec. Ils ont triplé, passant de 41 à 132. Trois personnes en sont décédées ». Doit-On s’en faire? Pas trop si on est en santé mais le réchauffement climatique .risque de nous apporter de plus en plus de ravageurs/pathogènes. Néanmoins, il faut avouer qu’on ne comprends bien le phénomène et la dynamique de la relation insectes/maladie. Pour mieux s’informer sur la situation voici et ce qu’il faut faire voici quelques liens :
Un peu d’histoire
 Santé Canada

Radio Canada suite de l’article:

S’inquiétant des statistiques de 2012, le gouvernement a mis sur pied un plan d’intervention qui prévoit l’épandage de larvicide – un insecticide qui tue les larves des moustiques – au cours de l’été : en juin, en juillet et en août.

C’est le culex, qu’on appelle aussi « moustique commun », qui est visé dans les cinq régions de la province les plus touchées, soit Montréal, Laval, la Montérégie, les Laurentides et Lanaudière.

Pendant trois ans, au milieu des années 2000, des campagnes d’épandage avaient déjà été organisées. Mais lorsque le nombre de cas de contamination a chuté, elles avaient cessé.

Dans les régions ciblées cette année, un larvicide biologique, le Bti, sera pulvérisé dans les cours d’eau, dans les plans d’eau et dans les différents lieux humides où se trouvent des larves de moustiques. Le Bti étant toutefois considéré comme inefficace dans les systèmes de drainage, ce sera plutôt du méthoprène, un larvicide granulaire, qui y sera répandu.

 

Vous inquiétez-vous de la présence du Virus du Nil? SI oui, ou encore si non – pourquoi?

 

, , , , , ,

No comments yet.

Laisser un commentaire